aller au menu principal - aller aux sous-menus - aller au contenu-texte - le plan du site - politique d'accessibilité

Voyages


L'Amérique

New York ! La vie quotidienne
« Tous les Américains de toutes les classes semblent rivaliser entre eux à qui nous sera plus utile ou plus agréable. [...] Il en résulte que toutes les portes nous sont ouvertes et que partout nous recevons l'accueil le plus flatteur. »

Dès leur arrivée à New York, Tocqueville et Beaumont trouvent, non sans difficulté, à s'établir dans une pension de famille sur Broadway qui, à l'époque, est déjà l'avenue la plus à la mode. La ville ne semble néanmoins pas les avoir charmés et le récit de leurs impressions initiales masque difficilement leur déception et leur étonnement face à la monotone uniformité et à la très grande simplicité de la métropole américaine, de laquelle aucun clocher ne s'élève pour en désigner le centre et qui s'étire donc sans fin tel un immense faubourg. Les deux voyageurs rencontrent toutefois dans la vie quotidienne de nombreux sujets d'étonnement, comme l'absence de vin à leur table ou encore "la multitude de choses" que les Américains sont capables de "se fourrer dans l'estomac" !

« Nous voilà donc à New York : l'aspect de la ville est bizarre pour un Français et peu agréable. On ne voit ni un dôme, ni un clocher ni un grand édifice ; de manière qu'on se croit toujours dans un faubourg. Dans l'intérieur la ville est bâtie en briques : ce qui lui donne un aspect fort monotone. Il n'y a aux maisons ni corniches, ni balustrades, ni porte cochère ; les rues sont très mal pavées, mais il y a dans toutes des trottoirs pour les piétons. »
(Lettre à sa mère, datée de New York le 14 mai 1831)

Mais cette impression d'exotisme, qui peut également s'expliquer par leur difficulté à maîtriser la langue anglaise, paraît avoir duré d'autant moins longtemps que les deux envoyés du gouvernement français, dont l'arrivée a été annoncée dans toute la presse locale, sont accueillis à bras ouverts par toute la bonne société new-yorkaise. C'est elle, de réception en soirée mondaine, qui leur servira de première référence pour entamer leur analyse de la société américaine, à laquelle ils parviennent rapidement en saisissant toutes les occasions d'observer les us et coutumes en vigueur et en assiégeant de questions leurs interlocuteurs.

voir la carte

Vue surplombante de New York, W. Schaw

Vue surplombante de New York, W. Schaw
© BNF

La Gloire des Etats-Unis, Antoine Étex

Étude pour les personnages américains de la Gloire des Etats-Unis, Antoine Étex
© RMN/Daniel Arnaudet

Carnet portatifimage : accéder au module flash carnet

"Un Monde Nouveau"

Haut de page