aller au menu principal - aller aux sous-menus - aller au contenu-texte - le plan du site - politique d'accessibilité

Voyages


L'Amérique

New York ! L'arrivée à New York
« Un monde nouveau qui semble passer devant nous comme une lanterne magique :
voilà notre vie. »
(Lettre à sa belle-sœur Émilie,
9 juin 1831, depuis New York)

Le 9 mai 1830, "le premier cri de "Terre !" se fait entendre" et les passagers du Havre, qui découvrent Long Island avec le lever du soleil, sont persuadés que leur voyage touche enfin à son terme. Il faut préciser que les derniers jours en mer sont de plus en plus pénibles, les vivres et l'eau potable menaçant de manquer et certains passagers étant désormais alités et malades. De surcroît, des vents contraires empêchent le navire de s'approcher de New York et l'obligent à détourner sa route vers New Port, où Tocqueville et Beaumont prennent pour la première fois contact avec la réalité américaine et avec ses habitants qui "ne diffèrent que fort peu à l'extérieur des Français" même si "leurs physionomies sont si peu variées qu'on aurait peine à dire de quels peuples ils ont pris les traits." L'objectif reste cependant toujours de gagner New York, ce qu'ils font le 11 mai 1830 à bord de l'immense vaisseau à vapeur President qui les fascine fortement par ses dimensions (cent vingt-cinq mètres de long) comme par sa vitesse. Pour ce qui concerne l'impression que leur fait l'apparition de la grande ville, il semble que leur émerveillement soit immédiat !

« Au lever du soleil, nous nous approchâmes de New York... Je ne sais si l'aspect peu séduisant du pays que nous avions déjà vu et nos trente-cinq jours de mer nous faisaient illusion, mais ce qu'il y a de certain c'est que nous fîmes des cris d'admiration en apercevant les environs de la ville. Imaginez-vous les rivages les plus heureusement découpés, des pentes couvertes de gazon et d'arbres en fleurs qui descendent jusqu'à la mer ; et plus que tout cela, une multitude incroyable de maisons de campagne, grandes comme des bonbonnières, mais d'un travail aussi soigné. Ajoutez à cela, si vous pouvez, une mer couverte de voiles, et vous aurez
l'entrée de New York du côté de Sound. »
(Lettre à sa mère, 26 avril 1831)

voir la carte

Le Port de New York

Le Port de New York, anonyme © BNF

Carnet portatifimage : accéder au module flash carnet

"Un Monde Nouveau"

Haut de page