aller au menu principal - aller aux sous-menus - aller au contenu-texte - le plan du site - politique d'accessibilité

Voyages


L'Allemagne et la Suisse

Voyage en Suisse

Lorsque Tocqueville part en Suisse le 7 juillet 1836 en compagnie de son épouse, ses intentions semblent être touristiques, même s'il choisit de s'arrêter en premier lieu le 24 juillet à Berne, où se réunit la diète fédérale. Toutefois, Marie tombe gravement malade dès la fin du mois de juillet, et Tocqueville se voit contraint de la suivre à Baden - la station thermale à la mode - où le couple doit séjourner jusqu'à son retour en France le 15 septembre après un bref séjour à Genève.   écouter l'extrait sonorelire l'extrait sonore   S'il est quelque peu déçu de la tournure prise par son voyage et s'il goûte peu sa villégiature thermale, il saisit néanmoins l'occasion offerte par cette incursion en terre helvétique d'exercer son esprit d'analyse politique sur le cas de la Suisse : est-elle une démocratie ? une confédération ?

« Je voyage ici beaucoup plus en amateur de la belle nature qu'en philosophe . Cependant quand je me trouve par hasard forcé de lire un journal ou de faire une conversation raisonnable, je tâche de comprendre ce qu'on m'apprend. »
(Lettre à Francisque de Corcelle, 27 juillet 1836)

Procédant par comparaison, conformément à son habitude, avec les régimes d'Angleterre et d'Amérique, il en arrive à la conclusion que la révolution démocratique n'est pas encore achevée dans ce pays et que les institutions cantonales fonctionnent davantage comme des aristocraties bourgeoises que comme des républiques. Ce n'est qu'en 1848, après la crise décisive des années 1844-1848 qui amène la révision du pacte, que Tocqueville reconnaîtra dans la Suisse une nation démocratique à part entière.

La fin d'un jour, Auguste Baud-Bovy

La fin d'un jour, Auguste Baud-Bovy
© RMN/Hervé Lewandowski

Haut de page