aller au menu principal - aller aux sous-menus - aller au contenu-texte - le plan du site - politique d'accessibilité

Voyages


L'Algérie

À la découverte de l'Algérie (1841)

Vue de Toulon, départ de l'expédition d'Alger

Vue de Toulon, départ de l'expédition d'Alger, anonyme © BNF

La question de l'Algérie intéresse Tocqueville dès l'époque de sa conquête par la France en 1830, alors que son ami Louis de Kergorlay participe brillamment à la campagne militaire et qu'il décrit minutieusement le déroulement des opérations dans les lettres qu'il lui adresse. Selon Tocqueville, l'enjeu en est essentiel pour le devenir de la France, car l'Algérie représente pour elle une chance de retrouver un peu de sa grandeur perdue : il est en effet très séduit par l'idée que la France puisse à la fois régner en maître sur les eaux de la Méditerranée, les sécuriser par sa présence régulière et rivaliser avec la politique coloniale des Anglais qui est particulièrement efficace. Ces espoirs ne l'empêchent néanmoins pas d'être inquiet de la tournure prise par la colonisation et de craindre le caractère tyrannique de la domination française en Algérie, crainte encore accentuée par la nomination du martial maréchal Bugeaud comme gouverneur général.

« J'espère que ce voyage sera utile à nous et au pays. On n'en saurait faire un plus curieux. Je n'ai jamais rien vu dans ma vie de plus bizarre que le premier aspect d'Alger. C'est un conte des Mille et une Nuits. »
(Lettre à son père, 12 mai 1841)

Après s'être documenté et efforcé d'analyser les données exactes du problème posé par la colonisation mais sans quitter la France, Tocqueville décide finalement au printemps 1841 de se rendre sur place. Il s'embarque par conséquent le 4 mai 1841 à Toulon en compagnie de son frère Hippolyte et de son ami Gustave de Beaumont, et retrouve à Alger Francisque de Corcelle qui visite lui aussi la colonie. Après avoir été impressionné par l'énergie qui se dégage de cette ville   écouter l'extrait sonorelire l'extrait sonore  , Tocqueville visite le Sahel puis, du 15 au 22 mai, accomplit un périple en compagnie de Bugeaud jusqu'à Mostaganem. Cette halte leur donne l'occasion de rencontrer Lamoricière, un ami de Louis de Kergorlay, qu'ils interrogent longuement sur la situation de la France en Algérie, selon la méthode d'investigation qui leur est chère. Mais dès ce moment, la santé de Tocqueville donne quelques signes de faiblesse qui l'empêchent, à son grand désarroi, de suivre avec Corcelle et Hippolyte l'expédition militaire menée sur Tagdempt par Bugeaud. Beaumont, quant à lui, y renonce pour veiller sur son ami. Tous deux regagnent Alger en passant par Oran.

voir la carte

Panorama d'Alger

Panorama d'Alger, anonyme
© BNF

Mostaganem

Mostaganem, anonyme
© BNF

Archives

Plan de la ville d'Alger

Plan de la ville d'Alger
© CAOM

Carte de l'Algérie

Carte de l'Algérie © CAOM

Carnet portatifimage : accéder au module flash carnet

Voyages algériens

Haut de page