Alexis de Tocqueville
FERMER

Lettre d'Hippolyte de Tocqueville présentant sa démission de l'armée suite à la Révolution de 1830,
15 janvier 1831

Monsieur le Maréchal,
A la suite des événements de juillet le trouble s'introduisit dans les Régiments ; la guerre étrangère parut sur le point d'éclater ; je crus devoir rester à mon poste.
Six semaines plus tard un général passant dans une tournée extraordinaire me raya des contrôles et me renvoya dans mes foyers malgré les pressantes sollicitations de mon Colonel.
A cette époque la guerre semblait toujours imminente. Je pensai que ce n'était pas encore le moment de me retirer. Je prêtai le serment exigé des militaires à demie solde et je me tins prêt à marcher avec ceux qui repousseraient l'invasion étrangère, malheur qui m'a toujours paru le plus affreux et le plus irrémédiable de tous. Depuis lors, chaque souverain s'est empressé de reconnaître le Roi des Français ; le principe de la non intervention a été proclamé hautement ; les ministres ont annoncé à la tribune que la paix ne serait pas troublée et à l'appui de leurs paroles une imposante armée vient garantir l'inviolabilité du territoire.
Aujourd'hui donc, qu'il ne s'agit plus seulement de servir la France et que les circonstances qui seules m'avaient porté à conserver ma position dans l'armée ont heureusement cessé d'exister, je vous prie, monsieur le Maréchal, de vouloir bien agréer ma Démission.
J'ai l'honneur d'être avec le plus profond respect, monsieur le Maréchal, de votre excellence le très humble et très obéissant serviteur,
Le vicomte de Tocqueville, capitaine de cavalerie.
Paris le 15 janvier 1831

(En marge:
En haut de la page : pour y donner suite
En bas de la page : Le lieutenant général commandant la première division a reçu le serment de cet officier, l'état n°9 dressé à l'Etat-major de la 7e division en fait foi.)