Alexis de Tocqueville
FERMER

Contrat de mariage entre M. le baron de Tocqueville et Mlle Ollivier, 18 juin 1829

Par-devant Me Thomas Philippe Edme Foucher. notaire à Paris sont comparus :
Monsieur Louis Édouard, baron Clérel de Tocqueville, gentilhomme honoraire de la chambre du roi, demeurant à Paris rue Saint-Dominique, n° 77, faubourg Saint-Germain, fils majeur de sa seigneurie M. Hervé Louis François Jean Bonaventure, comte Clérel de Tocqueville, pair de France, officier de l'ordre royal de la Légion d'Honneur et commandeur des ordres de l'aigle rouge de Prusse et du lion de Bavière, et de madame Louise-Madeleine Lepeletier de Rosanbo, comtesse de Tocqueville, son épouse, demeurant ensemble à Paris en leur hôtel, rue Saint-Dominique, n°77, faubourg Saint-Germain,
Stipulant en son nom personnel d'une part, monsieur le comte et madame la comtesse de Tocqueville père et mère, madame autorisée de son mari,
Stipulant à cause de la dot qu'ils vont constituer ci-après à M. leur fils.

Aussi d'une part, mademoiselle Alexandrine Denise Ollivier, majeure, fille de sa seigneurie, M. Augustin Charles Alexandre Ollivier, pair de France, chevalier de la Légion d'Honneur, et de Mad. Louise Denise Eustache son épouse, demeurant ensemble à Paris en leur hôtel rue du faubourg Montmartre,.
Stipulant à cause de la constitution de dot qu'ils vont faire à madame leur fille.

En présence : du côté de M. le futur époux, de M. le vicomte de Tocqueville, Hippolyte, capitaine de cavalerie et de Mad. son épouse, née de Belisle, frère et belle-sour, de M. Alexis de Tocqueville, frère, de M. le duc de Damas, et de Mad. la duchesse de Damas, grand-oncle et grand-tante, de M. le marquis de Rosanbo, oncle, de M. le comte et de Mad. la comtesse de Le Peletier d'Aunay, cousin et cousine, de M. le marquis de Sainte-Maure Montansier, pair de France, cousin, de Mad. la baronne Le Peletier d'Aunay, cousine, de M. le marquis d'Ecquevilly, cousin, de M. le comte Hector Le Peletier d'Aunay, cousin germain, de Mad. de Mesnard, comtesse de Rosanbo, cousine, et de M. le comte de Rosanbo, cousin, de M. le marquis et de Mad. la marquise de Gourgue, cousins, de Mad. la baronne de Damas, cousine, de M. le baron de Boissier, ami, (.), M. le marquis de Levis Mirepoix, pair de France, cousin, M. le comte de la Luzerne, cousin, M. le marquis et mad. la marquise de Mac-Mahon, (.).

Du côté de mademoiselle la future épouse, M. et Mad. Colette de Baudicourt, beau-frère et sour, M. et Mad de Brévasnes, beau-frère et sour, Mad. Caroline de Brévasnes, nièce, (.), Mad. Dubreuil, veuve Millot, tante, M. et Mme Eustache, oncle et tante, Charles Eustache, cousin, (.)

Article 4
En considération du mariage projeté, M. le comte et Mad. la comtesse de Tocqueville constituent en dot à M. leur fils qui accepte et leur en remercie :
1° Le château de Tourlaville, la grande ferme et le grand moulin en dépendant, situés commune de Tourlaville, arrondissement de Cherbourg, département de la Manche.
2° La ferme des terres de Blondel située même commune.
3° Le moulin à foulon et les terres en dépendant.
4° Cent francs de rente foncière non exempte de retenue, constituée suivant contrat passé devant le notaire de Tourlaville le 26 octobre 1737 revalidée par un titre nouvel reçu par Langlois, notaire à Valognes, le 5 janvier 1809 ; la dite rente due par Dorothée Simon, épouse du sieur Jean-François Simon, demeurant à Tocqueville.
5° Cinquante francs de rente foncière.
6° Cinquante francs en rente foncière.
Total du revenu des biens constitués en dot à M. le futur époux dix mille francs. Les dits biens appartiennent à M. le comte de Tocqueville de son chef.

Article 6
M. et Mad. Ollivier, aussi en considération du dit mariage, constituent en dot et font donation entre vifs par ces présentes à mademoiselle leur fille qui accepte avec reconnaissance :
1° un trousseau d'effets mobiliers, habits, linges et bijoux d'une valeur de dix mille francs qui lui sera remis la veille de la célébration du mariage, et dont M. de Tocqueville convient de demeurer chargé par le seul fait de la dite célébration sans qu'il soit besoin de quittance particulière.
2° la ferme de Pennemort, sise commune de Maule, canton de Meulan, arrondissement de Versailles.
Par Mad. Ollivier, faire et disposer de la dite ferme comme chose lui appartenant en toute propriété à compter du jour de son mariage. L'intention de M. et Mad. Ollivier étant de donner à la future épouse un revenu actuel de 10 000 francs.

Fait et passé à Paris, en l'hôtel de M. Ollivier pour toutes les partis et leurs parents et amis, à l'exception de Mad. la comtesse de Tocqueville, et pour cette dernière en la demeure sus indiquée, l'an 1829, le 18 juin, Ont signé après lecture avec les notaires,

Signatures

Et le dimanche 21 juin 1829, par-devant Me Foucher et l'un de ses confrères, notaire, ont signé sa majesté Charles X, roi de France et de Navarre, son altesse royale monseigneur Le Dauphin, son altesse royale madame La Dauphine, son altesse royale madame la duchesse de Berry, ayant donnés leur agrément au mariage contracté entre M. le baron de Tocqueville et Mad. Ollivier, ont daigné honorer le contrat qui en contient les conditions civiles de leurs signatures qui suivent, au palais des Tuileries le jour et an sus-dits.

Signatures