aller au menu principal - aller aux sous-menus - aller au contenu-texte - le plan du site - politique d'accessibilité

Portraits


Sa famille

Ses frères : Hippolyte

Portrait photographique d'Hippolyte de Tocqueville, Nadar

Portrait photographique d'Hippolyte de Tocqueville âgé, Nadar © BNF

L'aîné de la famille Clérel de Tocqueville, Hippolyte, naît le 1er octobre 1797. Il se décide dès la chute du Premier Empire à embrasser une carrière militaire en entrant, aux côtés de son père, aux gardes du corps le 1er juillet 1814 et reste en service dans l'armée durant toute la période de la Restauration. Il donne sa démission le 15 octobre 1830, après avoir refusé de prêter serment au nouveau régime, et ne parviendra jamais, malgré quelques tentatives, à être réintégré dans l'armée. À partir de cette date, il se consacre à son nouveau domaine du château de Nacqueville, dont il est devenu le propriétaire par son mariage avec Émilie Evrard de Belisle de Saint-Rémy en 1826. Il nourrit également quelques ambitions politiques, mais ces dernières ne sont jamais soutenues que par des convictions extrêmement versatiles et par un opportunisme des plus patents : il publie ainsi en 1833, en légitimiste ardent, des Lettres aux Normands où il exprime toute l'horreur que lui inspire le triomphe de la bourgeoisie et du juste milieu sous la Monarchie de Juillet. Ceci ne l'empêche pas, toutefois, de se découvrir républicain en 1848, et de se placer même résolument à gauche lorsqu'il est élu conseiller général du département de la Manche avec l'appui de son frère Alexis.

« Mon pauvre Hippolyte, quel pauvre caractère, mais quel cœur d'or ! »
(Lettre à Gustave de Beaumont,
3 février 1859)

Après les événements du 2 décembre 1851 et le rétablissement de l'Empire, il se rapproche, quoi qu'il en dise, du nouveau pouvoir et prend ouvertement parti pour Édouard dans la querelle qui l'oppose à Alexis au sujet de l'attitude à adopter face à l'instauration de ce régime. Cette dernière volte-face achève d'exaspérer Alexis de Tocqueville, qui avait pourtant dû s'habituer à se voir reprocher les incartades politiques de son frère aîné. Toutes ces divergences politiques n'ont néanmoins jamais suffi à éloigner complètement les deux frères et Alexis est, par exemple, profondément touché de voir, durant de longues semaines, Hippolyte à son chevet alors qu'il passe son dernier hiver à Cannes.   écouter l'extrait sonorelire l'extrait sonore  
Après la mort d'Alexis, et après la chute du Second Empire, Hippolyte usera une dernière fois du prestige attaché au nom de son jeune frère pour se faire élire sénateur inamovible de la IIIe République, avant de décéder en 1877 à l'âge de quatre-vingt ans.

Château de Nacqueville

Château de Nacqueville
© Ville de Cherbourg-Octeville

Archives

Demandes d'Hervé de Tocqueville en faveur de son fils

Demandes d'Hervé de Tocqueville en faveur de son fils
© Archives de l'armée de terre

Autorisation du mariage d'Hippolyte de Tocqueville

Autorisation du mariage d'Hippolyte de Tocqueville
© Archives de l'armée de terre

Détail des services d'Hippolyte de Tocqueville

Détail des services d'Hippolyte de Tocqueville
© Archives de l'armée de terre

Lettre de démission d'Hippolyte de Tocqueville

Lettre de démission d'Hippolyte de Tocqueville
© Archives de l'armée de terre

Lettre d'Hippolyte de Tocqueville à son frère Edouard, au chevet d'Alexis à Cannes le 17 novembre 1858

Lettre d'Hippolyte de Tocqueville à son frère Edouard, 17/XI/1858,
Collection privée
© AD Manche / Poirier

Haut de page