aller au menu principal - aller aux sous-menus - aller au contenu-texte - le plan du site - politique d'accessibilité

Portraits


Ses amis

Charles de Grandmaison
« Je n'oublierai jamais l'empressement que vous avez montré, lors du séjour que j'ai fait près de vous, pour m'être utile. Sans vous et vos archives, je n'aurais pu faire le livre que je viens de publier. »
(Lettre à Charles de Grandmaison,
9 août 1856)

Pierre-Charles-Armand Loizeau de Grandmaison est né le 29 mai 1824 à Poitiers d'une famille originaire de la Vienne. Élève brillant, il est admis à l'École des Chartes dont il sort le 8 avril 1850 après avoir rédigé une thèse intitulée Des appellations en cour de Rome. À partir de décembre 1850, il occupe son premier poste à la Bibliothèque nationale où il commence à s'occuper des travaux du catalogue des manuscrits. Mais il doit quitter cette affectation dès le 7 décembre 1852, quand il est nommé archiviste d'Indre-et-Loire ; dès lors, oubliant non sans quelques regrets ses études parisiennes, il se dévoue à la cause de sa nouvelle fonction, éprouve un véritable attachement pour sa terre d'adoption et multiplie les travaux sur son histoire et son patrimoine. Il devient ainsi le collaborateur d'André Salmon pour le Livre des serfs de Marmoutiers, l'auteur des Documents inédits pour servir à l'histoire des arts en Touraine, de Gaignières, ses correspondants et ses collections de portraits ainsi que de nombreuses autres contributions à l'histoire locale. Il ne néglige cependant pas pour autant le dépôt des archives de Tours qu'il a trouvé dans un état déplorable à son arrivée et travaille sans relâche à son développement et à sa réorganisation, comme le prouvent les trois volumes de l'Inventaire des archives d'Indre-et-Loire qu'il publie successivement en 1878, 1884 et 1891.
Sa carrière d'archiviste paléographe a également connu une période exceptionnelle durant l'été 1853, où il se voit confier par Alexis de Tocqueville la charge de trouver, dans le fonds de l'intendance de Touraine les documents d'archives qui serviront de fondement à la rédaction de L'Ancien Régime et la Révolution. Dans son opuscule intitulé Alexis de Tocqueville en Touraine, il fait le récit des visites quotidiennes de l'académicien dans son cabinet de la préfecture de Tours, de l'intérêt de leurs discussions - qu'elles portent sur la situation de la France ou sur la période de l'Ancien Régime -, des quelques visites qu'il fait aux Trésorières, ainsi que de l'amitié qui a progressivement gagné leur relation. De son côté, Tocqueville n'oublie pas dans sa préface de rendre hommage à l'influence profonde qu'ont exercée sur son œuvre les conversations qu'il a eu avec Charles de Grandmaison et dont il estime qu'elles furent à la "source de tout le reste".

Portrait de Grandmaison © AD Indre-et-Loire

Portrait de Grandmaison
© AD Indre-et-Loire

Photographie de la préfecture de Tours © AD Indre-et-Loire

Photographie de la préfecture de Tours, alors siège des archives départementales
© AD Indre-et-Loire

Archives

Correspondance entre Tocqueville et Grandmaison entre juin et août 1856 © AD Indre-et-Loire

Correspondance entre Tocqueville et Grandmaison
© AD Indre-et-Loire

Haut de page