aller au menu principal - aller aux sous-menus - aller au contenu-texte - le plan du site - politique d'accessibilité

Portraits


Ses amis

Francisque de Corcelle

Parmi tous les collaborateurs politiques de Tocqueville qui sont devenus ses amis, Francisque de Corcelle est l'un de ceux avec lequel il a travaillé le plus étroitement. Pourtant, les deux hommes sont de caractère et d'origine familiale et géographique très différents et leur amitié s'en ressent parfois, n'évitant ni les orages, ni les mouvements d'agacement ou d'incompréhension. Originaire de Bourgogne, Francisque de Corcelle qui est plus âgé que Tocqueville de trois ans, est issu de l'union de Claude Tircuy de Corcelle et de Hélène Rivérieulx de Varax, mais il a principalement été élevé par son oncle François de Corcelle. Après avoir été séduit par la cause napoléonienne, son entourage familial, et principalement son père, appartient au cercle des fidèles de La Fayette, dont Francisque de Corcelle épouse d'ailleurs la petite-fille en 1831. Avant cette date, il connaît une jeunesse politique mouvementée et notamment marquée par son adhésion au mouvement de la Charbonnerie.

« Je vous défie de me mettre en colère et de m'empêcher d'être votre ami. »
(Lettre de F. de Corcelle
à A. de Tocqueville, 1849)

Mais lorsque Tocqueville le rencontre en 1835, à l'occasion de la parution de De la démocratie en Amérique dont Corcelle assure une longue recension inspirée dans la Revue des deux Mondes, l'ancien Carbonaro s'est assagi et rallié à des convictions politiques moins extrêmes. Il fait, comme Tocqueville, son entrée à la Chambre des députés en 1839, participe à son premier voyage en Algérie en 1841 et devient même à ses côtés l'un des protagonistes les plus actifs de l'aventure malheureuse du Commerce. Mais c'est sous la Seconde République et à l'occasion de l'affaire de Rome que les deux amis sont le plus étroitement associés : de juin à novembre 1849, Francisque de Corcelle, qui entame une carrière de diplomate, est en effet l'envoyé officiel en Italie du gouvernement français, dont Alexis de Tocqueville est le ministre des Affaires étrangères. Ils sont donc tous deux plongés dans cette délicate affaire romaine et, bien qu'ils soient quotidiennement en contact durant la crise, ils seront souvent opposés l'un à l'autre dans cet imbroglio politique et diplomatique, qui aura raison du second ministère Barrot. Mais leur profonde amitié, qui est quelque peu ébranlée par ces mois de relations difficiles, résiste à leur échec conjoint et Corcelle restera l'un des hôtes privilégiés des Tocqueville, jusqu'à la mort d'Alexis, qui semble particulièrement apprécié son enthousiasme et son esprit fantasque. Cela transparaît clairement dans une lettre que Tocqueville adresse à Beaumont et qui fait le récit d'une des visites de la famille Corcelle au château de Tocqueville et de l'état d'excitation extrême du chef de famille.

Portrait de François de Corcelle, anonyme; Département des Estampes © BNF

Portrait de François de Corcelle, anonyme ; Département des Estampes © BNF

Haut de page