aller au menu principal - aller aux sous-menus - aller au contenu-texte - le plan du site - politique d'accessibilité

Œuvre


L'Ancien Régime et la Révolution

Élaboration du projet
« Il y a longtemps, comme vous savez, que je suis préoccupé de l'idée d'entreprendre un nouveau livre. »
(Lettre à Gustave de Beaumont,
26 décembre 1851)

Contraint par l'avènement du Second Empire et par la fin de sa carrière politique à reprendre ses travaux d'historien, Tocqueville constate que les derniers événements le confrontent de nouveau aux mêmes interrogations qui le poursuivent depuis longtemps : comment comprendre la forme révolutionnaire prise par la transition démocratique en France et comment garantir la liberté dans une société fondée sur l'égalité des conditions ? Il n'a personnellement aucun goût pour l'étude de l'histoire en tant que telle et la considère bien davantage, dans un souci thérapeutique, comme la source nécessaire à la compréhension du présent. Or ce qu'il tient à élucider ce sont les raisons pour lesquelles la Révolution n'en finit pas, depuis près de soixante ans, de se poursuivre en France - 1848 ayant succédé sous ses yeux à 1830, 1851 ayant répliqué à 1848 - sans parvenir jamais à achever son œuvre, c'est-à-dire à déboucher sur un régime stable qui puisse garantir les libertés publiques et individuelles tout en se fondant sur l'égalité des conditions. Aussi est-ce pour déterminer les germes de ce mal français qu'il entrevoit tout d'abord, et ce dès 1850, le projet d'un grand ouvrage consacré à l'étude de la Révolution française, qui ne s'attacherait pas à raconter les événements mais à tenter de saisir, sous la forme d'une analyse philosophique de l'histoire, l'origine du goût des Français pour le despotisme. Telles semblent en tout cas être les grandes lignes de son projet lorsqu'il l'évoque pour la première fois dans sa correspondance, alors que, durant l'hiver 1850-1851, il se trouve pour des raisons de santé à Sorrente et qu'il poursuit encore la rédaction de ses Souvenirs.

« Ce livre n'est point une histoire de la Révolution. C'est une étude sur cette Révolution. »
(L'Ancien Régime et la Révolution)

Cependant, si le dessein du futur ouvrage est, dès cette date, clairement formé dans l'esprit de Tocqueville, il ne lui reste pas moins à trouver que l'objet précis et la méthode adéquate qui doivent lui permettre de l'accomplir. Or, cela s'avère bien plus long et compliqué qu'il ne le pensait lui-même, dans la mesure où la recherche dans le passé des causes de l'impasse dans laquelle se trouve la France le conduit, comme malgré lui, à remonter au fur et à mesure plus loin dans l'histoire qu'il ne l'avait prévu initialement. En effet, son ouvrage devait, au point de départ, prendre pour objet d'étude la période des "dix ans de l'Empire", car elle présente à ses yeux les avantages d'être "non seulement grande, mais singulière, unique même" et de jeter "une vive lumière sur l'époque qui l'a précédée et sur celle qui la suit". Il y renonce progressivement sans avoir pour autant trouvé l'exact sujet qui puisse la remplacer de façon convaincante. Deux ans plus tard, en 1852, Tocqueville hésite toujours pour ce qui concerne la direction qu'il convient de donner à ses recherches qui alternent désormais, plus en amont, entre la période de l'Ancien Régime, celle de la Révolution ou celle du Directoire. L'affaire semble alors mal engagée, comme il l'avoue lui-même à son ami Beaumont en lui écrivant le 1er juillet 1852 : "au fond, je ne sais pas encore si j'ai un sujet. Mais je le cherche avec une énergie désespérée." Sa ténacité ainsi que le hasard des circonstances vont cependant se charger de donner bientôt une forme plus précise au futur ouvrage.

Buste de Tocqueville

Buste de Tocqueville
© AD Manche

Haut de page