aller au menu principal - aller aux sous-menus - aller au contenu-texte - le plan du site - politique d'accessibilité

lieux


La vie de Châteaux

Le château de Tourlaville
« Toutes les relations des touristes littéraires qui sont venus à Cherbourg ne parlent dans leurs feuilletons que de Tourlaville, de ses légendes. »
(Lettre à Édouard,
23 septembre 1858)

Avant d'échoir en héritage au comte Hervé de Tocqueville en 1777 et de devenir la propriété de son fils Édouard, le domaine de Tourlaville avait déjà acquis une véritable renommée. Il faisait ainsi partie du domaine royal jusqu'à ce que François Ier ne le vende au milieu du XVIe siècle pour des raisons de finances d'État. Il devient alors en 1562 et après être passé entre les mains de différents propriétaires, la possession de Jean de Ravalet, abbé de Hambye. C'est ce dernier qui entreprend, avec son frère Jacques, la construction du château actuel, qui va être, au tout début du XVIIe siècle, le théâtre d'un tragique fait divers. C'est en effet sous son toit que se sont déroulées les amours incestueuses de Julien de Ravalet et de sa sour Marguerite, qui devaient les conduire à être décapités en place de Grève le 2 décembre 1603 à Paris. Le renom attaché à l'union de ces deux jeunes êtres que l'on dit miraculeusement beaux et dont la tendresse remonte à leur plus jeune enfance font rapidement de Tourlaville un lieu particulier qui relève de la légende. Alexis de Tocqueville rapporte d'ailleurs dans sa correspondance l'attrait particulier que les touristes du Cotentin ont encore au XIXe siècle pour ce château qui est longtemps resté inhabité après ces événements. Lorsque ce dernier se rend sur place en 1833 pour découvrir les lieux que son frère Édouard (auquel le château de Tourlaville était promis depuis son mariage) voulait échanger avec lui - contre la propriété de Tocqueville - son avis sur l'état du domaine est explicite : les alentours le ravissent totalement, mais le château est à ses yeux totalement inhabitable.   écouter l'extrait sonorelire l'extrait sonore  

Château de Tourlaville

Château de Tourlaville, A. Vilain
© BM de Cherbourg

Château de Tourlaville

Château de Tourlaville © BM de Cherbourg

On sait qu'il lui préfèrera le château de Tocqueville, laissant finalement à Édouard le magnifique domaine renaissant de Tourlaville. Édouard, pour sa part, qui est beaucoup plus confortablement installé avec sa nombreuse famille dans le domaine de Baugy qu'il ne pourrait espérer l'être à Tourlaville, ne commence les travaux de restauration qu'en 1859 et n'a guère habité ce château. Les aménagements réalisés dans la bâtisse, ainsi que dans le parc qui l'entoure, seront poursuivis par ses enfants, Hubert puis René, qui héritent du château, et ils sont considérables comme en témoignent les différentes gravures reproduisant le lieu au fur et à mesure de ses transformations.
Le château de Tourlaville a quitté la famille Clérel de Tocqueville au début du XXe siècle. Il est devenu en 1935 la propriété de la ville de Cherbourg qui a fait du parc qui l'entoure un somptueux jardin public.

voir la carte

Vue panoramique

Nous vous proposons une visite virtuelle des plus beaux points de vue du château... bonne visite !

Château de Tourlaville

Vue à partir du jardin public

Pour visionner la vue panoramique, vous devez avoir le player QuickTime

Diaporama : Le château de Tourlaville

Diaporama : Le château de Tourlaville

Château de Tourlaville

Château de Tourlaville près de Cherbourg
© BM de Cherbourg

Château de Tourlaville (avant sa transformation)

Château de Tourlaville (avant sa transformation), Coll. privée © AD Manche / A. Poirier

Haut de page