aller au menu principal - aller aux sous-menus - aller au contenu-texte - le plan du site - politique d'accessibilité

Voyages


La monarchie de Juillet

Sa carrière de député
« Je me compare à une roue qui va très vite, mais qui, ayant manqué son engrenage, ne fait rien et ne sert à rien. Il me semble cependant qu'en d'autres temps et avec d'autres hommes, j'aurais pu faire mieux. [...] Car le vrai cauchemar de notre époque, c'est de n'apercevoir devant soi ni à aimer ni à haïr, mais seulement à mépriser. »
(Souvenirs)

Tocqueville envisage depuis longtemps d'embrasser une carrière politique lorsque, fort du succès de De la démocratie en Amérique, il se présente pour la première fois devant les électeurs le 4 novembre 1837. Il a longuement hésité sur la circonscription à briguer et a sincèrement envisagé celle du Xe arrondissement de Paris, c'est-à-dire à l'époque celle du faubourg Saint-Germain et du quartier latin, avant de renouer avec sa terre d'origine en se portant finalement candidat au siège de député de Valognes dans la Manche. Cette première tentative est un échec puisque le candidat sortant, Polydor Le Marois, qui sera longtemps son adversaire politique local, l'emporte sur lui au deuxième tour de scrutin par 247 voix contre 221. Ce sera le seul revers électoral de sa carrière, puisque après avoir été élu à ce même siège le 2 mars 1839 par 318 voix contre 240 à Polydor Le Marois, qu'il affronte de nouveau, il est successivement reconduit dans son mandat en juillet 1842, puis le 1er août 1846, ainsi que durant la Seconde République.

Le ventre législatif en 1834

Le ventre législatif en 1834, Honoré Daumier © BNF

Maroquin de député d'Alexis de Tocqueville

Maroquin de député d'Alexis de Tocqueville, coll. Privée
© AD Manche/A. Poirier

Lors de son entrée à la Chambre des députés en 1839, Tocqueville, qui tient à effacer la connotation légitimiste attachée à son patronyme et à marquer sa fidélité avec ses électeurs, insiste pour siéger à la gauche de la Chambre où il obtient finalement le numéro 319, au centre gauche de l'assemblée. Il connaît cependant davantage de difficultés encore à trouver sa place dans le "misérable monde politique" et parmi ceux qui le composent, étant donné qu'il refuse toute alliance avec Thiers ou avec Guizot et qu'il déplore l'absence d'une opposition constituée. La position marginale qu'il occupe alors ne s'améliore guère au fur et à mesure que les sessions parlementaires succèdent les unes aux autres et il est le premier à déplorer son impassibilité politique tout en persistant à refuser de s'associer de façon permanente avec aucun de ses collègues.

« J'ai passé dix ans de ma vie dans la compagnie de très grands esprits, qui s'agitaient sans cesse sans pouvoir s'échauffer et qui employaient toute leur perspicacité à découvrir des sujets de dissentiments graves sans en trouver. Je ne sais si jamais parlement... a jamais renfermé plus de talents variés et brillants... Cependant je puis affirmer que ces grands orateurs s'ennuyaient fort à s'écouter entre eux. »
(Souvenirs)

Il joue alors le rôle d' "homme spécial", chargé de l'étude de dossiers particuliers, comme ceux de l'émancipation des esclaves dans les colonies françaises, de la colonisation de l'Algérie ou de la réforme des prisons, auxquels ses expériences antérieures, ses aptitudes spécifiques ainsi que son goût pour la littérature grise le destinent tout particulièrement.
Il tente certes au lendemain des élections de 1846, qui voient les conservateurs l'emporter, de fonder avec certains de ses amis politiques comme Corcelle ou Dufaure, le parti de la "jeune gauche", qui se propose de lutter dans ses grandes lignes contre la corruption des élus politiques, de redistribuer l'impôt et de multiplier les formes d'aides sociales, dans un souci constant de concilier une forme de libéralisme politique avec la justice sociale. Mais cette tentative restée infructueuse ne sauve pas Tocqueville de son isolement politique et la Chambre de cet immobilisme aggravé durant les dernières années du régime au point de le mettre en péril.

Voir
les personnalités
politiques

'Caricature du perroquet de François Guizot'

Caricature du perroquet de François Guizot, Honoré Daumier; Musée de Lisieux
© AD Manche/A. Poirier

Archives

Acte de notoriété d'Alexis de Tocqueville

Acte de notoriété d'Alexis de Tocqueville
© CHAN

Couverture du dossier de député d'Alexis de Tocqueville

Dossier de député d'Alexis de Tocqueville (couverture), 1846
© CHAN

Procès-verbal d'élection de député d'Alexis de Tocqueville

Procès-verbal d'élection de député d'Alexis de Tocqueville
© CHAN

Extraits du rôle d'Alexis de Tocqueville dans la Manche

Extraits du rôle d'Alexis de Tocqueville
© CHAN

Projet de loi sur la régence

Projet de loi sur la régence
© CHAN

Haut de page