aller au menu principal - aller aux sous-menus - aller au contenu-texte - le plan du site - politique d'accessibilité

engagements


Ses convictions

Paupérisme et révolution industrielle

La famille malheureuse

La famille malheureuse, Octave Tassaert
© RMN/René Gabriel Ojéda

Lorsque Tocqueville découvre en Angleterre le spectacle apocalyptique que lui offre la vue des quartiers d'ouvriers de Manchester, il est immédiatement frappé par le paradoxe auquel il est si brusquement confronté : alors que la révolution industrielle démultiplie les capacités de production des richesses qu'elle déverse sur le monde entier, elle se développe au prix d'une véritable exploitation des classes sociales les plus défavorisées qui se trouvent dans un état de paupérisation toujours plus grand. Or, ce mouvement n'épargne pas la France dont les campagnes se vident, leurs habitants préférant venir grossir le rang de la population ouvrière des grandes villes. "La marche progressive de la civilisation moderne augmente graduellement, et dans une proportion plus ou moins rapide, le nombre de ceux qui sont portés à recourir à la charité" : tel est le constat initial dressé par Tocqueville à l'entrée de son Mémoire sur le paupérisme, qu'il rédige pour le Conseil général de la Manche et dans lequel il cherche précisément à déterminer les remèdes qu'il convient d'apporter à "de pareils maux". Il évoque tout d'abord le recours à la "charité privée" qu'il pratique lui-même assidûment envers les habitants les plus démunis du village de Tocqueville et qui présente à ses yeux l'avantage majeur d'établir des liens de solidarité entre les classes les plus aisées et les couches les plus faibles d'une société tout en n'installant pas ces dernières dans le trop grand confort d'une assistance systématique.

« Je suis profondément convaincu que tout système régulier, permanent, administratif, dont le but sera de pourvoir aux besoins du pauvre, fera naître plus de misères qu'il n'en peut guérir, dépravera la population qu'il veut secourir et consoler. »
(Mémoire sur le paupérisme)

Il considère également que "l'association de personnes charitables, en régularisant les secours, pourrait donner à la bienfaisance individuelle plus d'activité et plus de puissance" et se prononce en faveur de la formation à l'échelle communale de telles associations caritatives "pour l'extinction du vagabondage et de la mendicité", qui fonctionneraient sur la base du volontariat et du bénévolat. Ce dernier point suffirait de nouveau, selon Tocqueville, à éviter à la société de courir le risque de l'instauration d'une aide sociale garantie pour les plus démunis. Car ce qu'il faut absolument éviter en la matière, d'après lui, c'est de "créer une classe oisive et paresseuse, vivant aux dépens de la classe industrieuse et travaillante". Aussi est-ce pour cette raison qu'il réfute l'hypothèse de l'organisation d'une "charité légale", garantie par l'État lui-même, qui lui paraît certes constituer une "belle et séduisante théorie" mais dont les effets ne manqueraient pas, comme cela s'est produit en Angleterre, de se révéler néfastes à l'ensemble de la société comme à ses éléments les plus défavorisés. Il admet néanmoins une exception à cette règle proscrivant le recours à la "charité publique", lorsqu'il s'agit de remédier à ces "maux inévitables" que sont à ces yeux "la faiblesse de l'enfance, la caducité de la vieillesse, la maladie, la folie" ou d'ouvrir "des écoles aux enfants des pauvres" pour fournir "gratuitement à l'intelligence les moyens d'acquérir par le travail les biens du corps".

Voir
les personnalitÚs
politiques

Scène de Paris, 1833

Scène de Paris, 1833, Philippe-Auguste Jeanron
© RMN/P. Bernard

Une mendiante

Une mendiante, Hugues Merle
© RMN/Hervé Lewandovski

Archives

Résolution de la Chambre des députés pour la loi sur le travail des enfants

Résolution de la Chambre des députés pour la loi sur le travail des enfants
© CHAN

Liste des familles pauvres aidées par Tocqueville

Liste des familles pauvres aidées par Tocqueville en 1856
© AD Manche/A. Poirier

Dossier de notes de travail de Tocqueville sur les enfants trouvés

Dossier de notes de travail de Tocqueville sur les enfants trouvés
© AD Manche/A. Poirier

Haut de page